Chronique d’une bataillle…

Abdelhamid Niati
3 min readMar 20, 2020

Samedi matin, 5H30, pas de grasse matinée pour moi. Je dois me rendre au travail dans un contexte teinté d’angoisse grandissante. Un ennemi invisible s’est glissé parmi les humains et décime sur l’axe du destin. 6H00, lavé et petit déjeuner pris, je fais un peu d’exercice comme tous les matins pour expulser la peur, reprendre contact avec mes forces et extraire mes faiblesses. J’écris 3 pages comme tous les matins, mais ma tête est lourde. J’appréhende cette journée particulière dans un monde sonné par les coups de l’ennemi invisible. Imaginez-vous sur un ring à combattre contre un adversaire microscopique. Impossible de le toucher, encore moins de le percevoir. Je tourne en rond après avoir péniblement rempli mes 3 pages. Une fois habillé, je sors et me dirige vers l’obus roulant qui me sert de bus. A l’arrêt, peu de monde et la méfiance est de mise car personne ne sait qui le cache. Les compagnons de trajet urbains sont devenus de ennemis potentiels à garder à distance. Potentiel coupable si on venait à être contaminé. L’obus arrive et nous montons pour former un effectif plus que clairsemé. Le verre n’est pas à moitié vide mais au quart plein. Mon refuge à pages m’aide à ne pas affronter les regards ou à nourrir quelques suspicions. Vivement l’arrivée.

L’arrivée

J’y suis. Je pose mon manteau, range mes affaires et prends ma bouteille d’eau. Je dois d’abord ranger ce qui doit l’être et la tâche est loin d’être aisée tant il y a à ranger. Dans un mouvement de panique, le public habituellement peu discipliné est devenu prédateur incontrôlable et veut à tout prix prendre plus que ce dont il a besoin. Nous avons affronté une vague hier, une lame de fond devrais-je dire. A 10H00 nous ouvrons les portes et tout se déroulent comme la veille, une bataille désorganisée où chaque soldat combat pour lui. Oublié le collectif ici c’est moi d’abord, puis moi et moi…émoi. C’est la survie qui nous guide. Je manipule les articles comme si je jouais à la roulette russe. Chaque personne a potentiellement la balle du destin. Ma seule garantie est un gel hydroalcoolique posé pour se laver les mains. Tout va très vite, mon cerveau est aux commandes et mon corps encaisse, les lames successives, les “bips” des caisses et des portiques. Je regarde l’heure pour m’assurer de pouvoir manger un peu et contient ma vessie en attendant.

14H00 je peux aller manger un petit peu. J’attends la relève et me crispe au retard de ma collègue. Elle arrive, nos regards se croisent. Nous sommes dans le même bateau et faisons corps. Un seul corps dont les membres peinent à s’entendre pour aller dans le même sens. Je vais exploser et serre tout ce que je peux pour arriver aux toilettes. Enfin j’y suis, ça semble durer une éternité tant je me suis retenu. Je ne peux m’attarder et m’interrogé sur le temps qu’il me reste pour alimenter mon corps.

Après avoir mécaniquement pris soin de mon corps dans un temps record, je repars au front, dans le bruit, les cris, les bagarres. Une dure journée. La journée s’écoule ainsi. La fin de journée pointe son nez et je peux enfin entrevoir une lueur de repos. Avant de partir, je me lave les mains plusieurs fois comme pour extraire le sort de la roulette russe.

J’ai survécu mais d’autres journées arrivent. je ne veux pas y penser. Je pense à mes compagnons infortune qui doivent travailler, éléments essentiels du tissus social et économique du monde.

Abdelhamid NIATI

Tous droits réservés

--

--

Abdelhamid Niati

Writer, content manager and business coach. I am also the Head of people and the Content Manager for a non profit organisation created in Africa.